instagram

facebook

logo-Chamarrel
>
04 86 688 799
» » Loofah : star des éponges végétales ?

 

LOOFAH :  STAR DES EPONGES VÉGÉTALES ?

 

Si on nous demandait : « Dessine-moi une éponge ! », à votre avis, elle ressemblerait à quoi ? Eh oui, pour nous une éponge c’est une face jaune et une face verte, légèrement abrasive, qui se repose au bord de tous les éviers.

On n‘est pas bien là, confortablement installés dans nos petites habitudes ? Ces habitudes sont devenues des repères.

 

Mais à l’heure actuelle où l'on réfléchit davantage à la durabilité et au caractère biodégradable, des questions se posent. Existe-t-il une alternative durable responsable et néanmoins pratique ? Non seulement il en existe, mais il y en a de toutes sortes. L’éponge loofah en fait partie.

 

Le loofah, il y a presque autant de façons de l’écrire que de façons de l’utiliser, c’est dire !

Tantôt orthographié « loufa », « loofa », « luffa » ou « luffah », il s’agit bien d’une seule et même plante le luffa aegyptiaca. Nous l’écrirons « loofah ».

Mais quel rapport entre cette plante et les éponges ? Le luffa aegyptiaca produit des courges allongées qui, en séchant, deviennent de véritables éponges naturelles aux fibres 100% végétales, biodégradables donc et utilisées aussi bien pour les soins du corps que pour l’entretien de la maison.

 

Pourquoi l’éponge loofah mérite-t-elle toute notre attention ?

 

La nature est aussi discrète que merveilleuse. Elle est scrutée, puis copiée, mais trop rarement promue et jamais égalée.

L’industrie, elle, valorise ses innovations, souvent brillantes, plus ou moins polluantes.

 

L‘éponge n’est pas en reste. D’origine animale, très absorbante et très douce, elle a nourri l’inspiration de l’industrie qui dès les années 1930 a mis au point des éponges synthétiques, moins absorbantes que l’originale bien sûr, mais tout de même très satisfaisantes sur ce plan.

 

L’éponge est ainsi entrée dans notre quotidien, puis dans nos habitudes, devenant un incontournable accessoire pour l’entretien courant, la vaisselle, le nettoyage des salles de bains et mille et une autres tâches. En somme, elle est de tous les petits et grands travaux ménagers.

 

Oui, mais voilà, 1930 c’est loin, et depuis lors, la pauvre éponge n’a souvent pas absorbé que de l’eau. Dans sa courte existence, elle s’est souvent gorgée de produits chimiques et de substances toxiques et controversées avant de s’effriter et de finir à la poubelle.

 

Le tout pratique n’étant pas tout écologique, loin de là, son usage, bien qu’habituel n’apparaît plus aussi banal. Entre sa composition parfois à base de produits issus de l’industrie pétrochimique, sa partie abrasive collée avec des colles hyper résistantes, sa faible durée de vie, son suremballage plastique, et sa belle contribution à l’accumulation des déchets, elle a un peu perdu de sa superbe, à juste titre.

 

 

LOOFAH : L’ÉPONGE TERRE A TERRE

 

D’où vient le loofah ? De la famille des cucurbitacées, cette « courge Eponge » vient évidemment de la terre des régions tropicales ou semi-tropicales où elle pousse.

Une fois sèche, elle devient, sans transformation ni manipulation complexe, une éponge végétale utilisée de longue date en Afrique et en Asie pour les soins de la peau et l’entretien ménager. Il suffit de lui ôter sa peau et les graines qu’elle contient. Simple, écologique et économique !

 

Reine des hammams du fait de son pouvoir naturellement exfoliant, l’éponge loofah y est utilisée pour effectuer les gommages de la peau.

Oui, le loofah est 100% végétal, il vient de la terre. Et par conséquent, en fin de vie, bien qu’elle soit longue, car c’est une éponge très durable que l’on peut conserver plusieurs mois, le loofah retourne à la terre où il se décompose aisément. D’où l’intérêt de ne l’utiliser qu’avec des produits ménagers sains et biodégradables tels que le savon de Marseille, le savon d’Alep ou la pierre blanche entre autres.

De cette façon, après plusieurs mois d’une utilisation quotidienne, votre loofah vous sera encore utile au compost !

 

 

LOOFAH : FLEUR DE DOUCHE VÉGÉTALE

 

Le loofah, c’est aussi l’alternative écologique et durable aux fleurs de douches synthétiques, constituées principalement de plastique. Encore récemment mises en causes pour leur tendance à se transformer en nid à bactéries, ces fleurs de douches en plastique ont paradoxalement beaucoup de succès, certainement pour leur déclinaison presque à l’infini de couleurs chaleureuses ou acidulées et leur effet moussant très apprécié.

 

Pourquoi troquer sa fleur de douche synthétique pour adopter l’éponge loofah ?

Les fibres naturelles du loofah retiennent l’eau et le savon. Vous profiterez donc sous la douche d’une mousse onctueuse et généreuse.  

Il ne vous manquera peut-être que la couleur flashy ou acidulée de la fleur de douche synthétique dont vous avez l’habitude. Mais si vous associez le loofah au porte-savon minimaliste et que vous aimez les savons et autres soins solides de qualité, vous ne manquerez ni de couleurs ni de style dans la salle de bains. Et surtout, vous évitez de multiplier les déchets plastiques, non-biodégradables, et jetables. Bravo !

 

Le pouvoir exfoliant naturel du loofah élimine les peaux mortes et impuretés, stimule la circulation sanguine, et lutte contre la cellulite. Votre peau retrouve tout son éclat.

Bien humidifié et utilisé délicatement, il convient parfaitement à l’usage quotidien comme fleur de douche naturelle.

 

Plus les fibres du loofah son humides, plus il s'assouplit. Savonnez le loofah puis frottez ensuite votre peau par des mouvements circulaires plus ou moins appuyés selon vos besoins et les zones du corps. L’éponge loofah est particulièrement adaptée pour le gommage des zones réputées sèches (genoux, talons coudes).

Pour un gommage, mouillez-bien votre peau à l'eau chaude pour ouvrir les pores.

 

Vous avez essayé le loofah comme fleur de douche et vous le trouvez trop rêche pour vous ?

Utilisez l’éponge konjac XL pour le corps. C’est tout doux, même pour les peaux de bébés et elle nettoie en douceur et en profondeur.

 

 

ENTRETIEN ÉCOLOGIQUE MULTISURFACE

 

La fibre naturelle du loofah ne fait pas des merveilles uniquement sur la peau. Sa fibre végétale rêche et résistante frotte sans rayer de nombreuses surfaces et avec tous les produits d'entretien naturels. Utilisez par exemple le loofah pour faire la vaisselle au savon de Marseille, nettoyer votre plan de travail, votre robinetterie ou votre évier, le sol, ou même votre voiture. Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, et les résultats sont plus que probants.

 

Et pour couronner le tout, l’éponge loofah se nettoie aisément, même en machine jusqu’à 60° C. Nettoyée régulièrement, elle est bien plus hygiénique que les éponges classiques ! Le loofah peut-être plongé dans l'eau bouillante régulièrement pour le purifier d'éventuelles bactéries.

 

Une fois testé, le loofah devient un nouveau repère, le nouvel accessoire incontournable de l’entretien écologique. Et c’est nettement mieux que nos vieilles éponges qui, en s’effritant, libèrent des microparticules de plastique qui finissent dans la nature. Échanger un réflexe subi contre un réflexe choisi et responsable, d’évidence, on est gagnant !

 

 

LE PLUS COURT DES CIRCUITS

 

On n’a jamais autant parlé de circuit court que ces derniers temps, à juste titre d’ailleurs. Et si on supprimait tous les intermédiaires ? Avec le loofah, c’est possible !

Vous êtes fiers de vos courgettes, de vos tomates ou de vos fraises ? Bravo. Vous connaissez la satisfaction du potager sur la terrasse ou dans de plus grands espaces.

 

Et pourquoi ne pas essayer la culture du loofah ?

 

Vous pouvez, avec de la patience et un peu de passion, le faire pousser chez vous. Le processus est simple, à condition d’habiter une région relativement chaude et de ne planter le loofah qu’après les dernières gelées.

Du jardin à la douche ou à la maison, difficile de faire plus court. Et, entre la très longue durée de vie de l’éponge loofah et toutes les graines qu’il contient et que vous pouvez replanter à votre guise, autant dire que vous n’êtes pas près de mettre la main au porte-monnaie. Une petite auto-suffisance aux vertus économiques et écologiques en somme !

 

Il faut bien l’admettre, ces décennies antérieures, on n’a jamais vraiment réfléchi avant de se saisir d’une éponge synthétique. Elle était tellement pratique et tellement absorbante.

Heureusement, personne ne nous demande d’avoir pouvoir sur le passé. Et, bien que personne - hormis nous-mêmes parfois - ne nous impose de peser sur le présent et de façonner l’avenir, c’est une possibilité qui nous est offerte.

 

Si cette optique vous interpelle ou vous séduit, souvenez-vous qu’outre le loofah, d’autres alternatives existent : éponge naturelle, tawashi, éponge konjac, chacune ayant ses caractéristiques propres.

 

De toutes ces alternatives phares, il se pourrait bien que le loofah soit la star. Parce qu’il est végétal d’une part, multiusage et économique d’autre part, et biodégradable qui plus est !



Loofah : star des éponges végétales ?